Direction Bourg-en-Bresse :

carte brou

 

Le monastère royal de Brou est un complexe religieux situé à Bourg-en-Bresse, une des capitales de l'ancien duché de Savoie.

Le monastère royal de Brou est un chef-d'œuvre de l'art gothique flamboyant flamand du début du XVIeme siècle.

Il se compose d'un ensemble de bâtiments monastiques construits entre 1506 et 1512, et de la somptueuse église Saint-Nicolas de Tolentin de Brou, édifiée de 1513 à 1532.

 

Cet ensemble architectural rare a été bâti à grands frais par la très puissante Marguerite d'Autriche, duchesse de Savoie, gouvernante des Pays-Bas, marraine et tante de Charles Quint.

 

Elle fit édifier l'ensemble en mémoire de son époux Philibert le Beau et pour respecter le vœu fait par sa belle-mère Marguerite de Bourbon.

DSC_0025

 

 

Fille de l'empereur Maximilien de Habsbourg et petite-fille du dernier grand duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, Marguerite d'Autriche est veuve à 24 ans de Philibert le Beau (1480-1504), duc de Savoie. 

 

Elle décide alors de bâtir aux portes de Bourg-en-Bresse le monastère royal de Brou pour abriter trois somptueux tombeaux (ceux de Philibert le Beau et de sa mère, et le sien propre). Nommée en 1506 régente des Pays-Bas pour le compte de son père puis de son neveu l'empereur Charles Quint, elle suit depuis la Belgique ce chantier exceptionnel, rapidement mené (1505-1532), où elle envoie les meilleurs maîtres d'œuvre et artistes de toute l'Europe.

 

DSC_0024

 

 

Détail de la frise haute de la porte d'entrée

DSC_0026

 

 

Le monastère royal de Brou est constitué de bâtiments monastiques, qui s'articulent autour d'une église et de trois cloîtres.
L'église est un chef d'œuvre du gothique flamboyant, unique en France (par son style bruxellois). Elle s'imposera à vous par sa remarquable toiture de tuiles vernissées « à la bourguignone ». À l'intérieur, vous serrez frappés par la magnificence de son décor très bien conservé. Outre la beauté des sculptures, des vitraux, des stalles, du jubé - l'un des rares conservés en France, vous admirez, disposés dans le chœur, les tombeaux monumentaux de Marguerite d'Autriche, de Philibert le Beau et de sa mère Marguerite de Bourbon. Les fastes du gothique flamboyant s'épanouissent à profusion dans cette dentelle de pierre. Ce ne sont que cannelures, niches, pinacles, arcatures, archivoltes festonnées, feuilles de choux frisés... formant un exceptionnel ensemble artistique à l'aube de la Renaissance.

le 1er cloître

DSC_0028

 

L'entrée intérieure de l'église

DSC_0027

DSC_0029

DSC_0030

 

le jubé

DSC_0031

DSC_0032

 

les stalles

DSC_0033

DSC_0034

DSC_0035

DSC_0037

 

Tombeau de Marguerite de Bourbon (maman de Philibert de Savoie)

DSC_0038

 

le tombeau de Philibert de Savoie

DSC_0039

DSC_0041

 

le tombeau de Marguerite d'Autriche (épouse de Philibert)

DSC_0042

DSC_0043

DSC_0044

DSC_0045

 

Partie avant de l'église, destinée au "peuple"...

DSC_0046

 

Dans les appartements de Marguerite d'Autriche, une reconstitution d'une de ses robes

DSC_0047

DSC_0048

DSC_0049



Les bâtiments monastiques ont été édifiés pour loger les moines augustins chargés de prier pour les princes enterrés dans l'église. 
Vous admirerez l'ampleur et la beauté des trois cloîtres à galeries basses et hautes, les vastes salles capitulaires, le réfectoire et les anciennes cuisines voûtés d'ogives. À l'étage votre visite se poursuivra dans les spacieuses cellules abritant aujourd'hui un musée de Beaux-Arts et d'arts décoratifs.

 

2ème cloître

DSC_0050

DSC_0051

 

3ème cloître

DSC_0052

DSC_0054

 

j'ai appris quelque chose :

Philibert avait une soeur, Louise de Savoie, qui est la mère du futur roi de France François 1er.

et par filiation (toujours Louise de Savoie, avec le mariage de sa fille Marguerite au roi de Navarre), elle est aussi l'arrière-grand-mère du futur roi Henri IV

 

 

voilà pour cette visite... il y a plein d'autres choses à voir...

 

suite et fin, mercredi prochain !!